‘‘… Un etat de sante tres affaibli… ’’

Avr 03, 18 ‘‘… Un etat de sante tres affaibli… ’’

 

Comment va-t-il pouvoir assurer sa defense ?


Après plusieurs avis médicaux, aussi contradictoires les uns que les autres, la défense de l’islamologue suisse, Tariq Ramadan, a récemment contesté une expertise médicale sommaire et incomplète effectuée par le docteur Guerguen. À cet effet, les trois juges d’instruction en charge de cette affaire, se sont retrouvés dans l’obligation de revoir leur décision.
Un nouvel examen médical a don été diligenté. Celui-ci a eu lieu le mardi correspondant au 27 mars 2018. Deux neurologues, le docteur Olivier Gout et François Chedru, ont examiné le théologien durant une heure et quart. Les deux médecins feront part de leurs conclusions d’ici fin mars. En raison de la complexité de la charge à laquelle devront faire face les deux experts, cette date à été repoussée au 15 du mois prochain.
En attendant le verdict, l’état de santé de l’intellectuel inquiète. Maitre Marc Bonnant, l’avocat du Suisse, avait rendu visite début mars, à son client. Il indiquait ainsi, que ce dernier lui avait paru gravement affaibli, et ‘‘ il se sait, en effet, affaibli ’’. Sa santé prose désormais un problème médical avec instabilité.
Quant à son épouse, Mme Iman Ramadan, cette dernière s’étonne par rapport à l’incompatibilité des diverses conclusions médicales, là ou normalement, il y avait un consensus.
Elle affirme que son mari souffre depuis quelques années d’une sclérose en plaques ainsi que d’une autre neuropathie non encore identifiée. Elle dénonce également la présence de risques d’effets permanents sur la santé de son époux qui se plaint régulièrement de nombreuses douleurs ; maux de tête, engourdissements et fourmillements au niveau des membres inférieurs ainsi que des troubles de la mémoire et du sommeil.
‘‘ Pour amorcer ses douleurs, seules quelques séances de kinésithérapie viennent le soulager ’’ annonce Mme Iman.

Le droit à une protection consulaire, apres 55 jours d’incarceration


Le lundi 26 mars, soit 55 jours après sa mise en détention, l’intellectuel suisse, Tariq Ramadan, a reçu à la prison de Fleury-Mérogis, la visite officielle du consulat général suisse. Rappelons que le professeur d’études islamique à l’université d’Oxford, est un citoyen suisse, né en Suisse, et n’est détenteur que d’un (unique) passeport suisse.
Après sa visite, le corps diplomatique était sorti ‘‘ choqué ’’ de l’état de santé fragile du professeur ainsi que des circonstances indignes de son incarcération par les autorités judiciaires parisiennes.
Le consulat s’est engagé par ailleurs, à s’entretenir avec les membres du gouvernement suisse pour débattre le dossier de l’islamologue, notamment le traitement indignes qu’il reçoit, les circonstances préoccupantes de son état de santé, ainsi que le déni de son droit à la présomption d’innocence.

L’empirement rapide de la santé du quinquagénaire, devrait probablement présenter un élément majeur pour encourager les autorités suisse concernées, à demander la libération immédiate de leur concitoyen, afin qu’il puisse se soigner convenablement et dans les meilleures conditions pour réussir à mettre en place une stratégie de défense solide.
Le gouvernement suisse, est appelé par conséquent à entreprendre toutes les procédures nécessaires pour garantir le respect des droits du théologien.

read more

  Apprendre les bases et les règles techniques de la photographie numérique

Mar 13, 18   Apprendre les bases et les règles techniques de la photographie numérique

 

    Se déplacer, encore et toujours !

Même si votre appareil photo dispose d’un zoom (optique ou numérique), il est capital de bien vous déplacer afin d’obtenir le meilleur angle.

Par exemple, si vous photographiez des enfants, vos photos prendront une toute autre dimension en posant un genou au sol et en vous positionnant à leur hauteur.

Vous verrez le monde comme ils le voient.

 

Dans le cas d’un bâtiment historique ou d’un arbre centenaire, faites également le tour de ce dernier pour obtenir la meilleure prise de vue.

Vous pourriez bien être surpris ! Profitez de toutes les évolutions techniques de votre appareil : autofocus, détection de visages, détection de mouvement, etc.

Il serait dommage de s’en priver, car ces fonctions ont été conçues pour améliorer vos photographies.

Au-delà de ces conseils techniques, le plus important est que vous preniez toujours du plaisir à photographier. Grâce à ces quelques bases sur l’art de la photographie, vous ne pouvez qu’aller de l’avant.

Pour d’autres fonctions et des informations plus détaillées, consultez “on a testé pour vous”.

 

   Trucs de pro pour faire de belles photos avec son iPhone

Il existe trois manières pour prendre une photo avec l’iPhone !

Lancez tout d’abord l’application “Appareil photo”, disponible sur l’écran d’accueil.

Faites glisser votre doigt sur l’écran pour accéder aux différents modes : Photo, Vidéo, Carré et Panoramique. Choisissez Photo.

Pour déclencher, la première méthode consiste à utiliser le “bouton tactile” symbolisé par un cercle blanc.

Si vous préférez utiliser un “bouton physique”, déclenchez en appuyant sur le bouton “+” ou le bouton “-” accessibles sur la tranche de l’iPhone.

 

Habituellement, ces boutons servent à augmenter le volume de l’appareil.

Troisième méthode : grâce au kit main libres livré avec l’iPhone, déclenchez en appuyant cette fois sur le bouton “+”.

Cela s’avère notamment pratique pour la prise de vue sur trépied où il ne faut surtout pas bouger. Vous déclencherez ainsi à distance.

 

   Mise au point et réglage de l’exposition par toucher :

Tous les iPhone sont équipés d’un autofocus (AF). Il s’agit d’une fonction de mise au point automatique destinée à régler la netteté d’un sujet. Il arrive parfois que l’appareil n’y parvienne pas. Vous avez beau avancer ou reculer votre appareil, rien n’y fait.

La solution : cadrez votre photo, puis tapotez l’écran sur l’objet de votre choix. Celui-ci devient net.

Avez-vous remarqué qu’en faisant la mise au point par toucher, les couleurs de prévisualisation de votre photo changent ? C’est normal !

Cette mise au point par toucher règle aussi l’exposition. Sans entrer dans les détails techniques, l’exposition désigne la quantité totale de lumière reçue par le capteur.

Une photo trop sombre sera sous-exposée alors qu’une photo trop claire sera surexposée. Il faut donc trouver le juste-milieu.

 

Pour photographier un paysage, vous touchez l’écran de l’iPhone pour régler la mise au point (même si l’autofocus devrait s’en sortir cette fois-ci) et par la même occasion, l’exposition. Un problème se pose alors.

En tapotant le ciel, la photo est surexposée et le ciel à moitié brûlé, en tapotant l’herbe, la photo est sous-exposée, beaucoup trop sombre. Comment faire ?

Dans un cas comme celui-ci, c’est l’option HDR (High Dynamic Range) qui va vous sauver la mise. Appuyer sur HDR, à gauche.

Pour faire simple, cette fonction va fusionner plusieurs photos exposées différemment afin de trouver le bon équilibre.

Pour avoir une idée sur les nouveaux produits high-tech haut de gamme, consultez le guide d’achats “on a testé pour vous”, dans lequel vous trouverez le guide du meilleur appareil photo instantané.

read more

Gestion du stress et des émotions

Fév 25, 18 Gestion du stress et des émotions

 

   Réactions inadaptées au stress

La réaction au stress facilite l’adaptation aux situations menaçantes ; cette réaction remonte très loin dans l’évolution de l’espèce humaine.

Ainsi, la “réaction de lutte ou de fuite” est une réaction par anticipation qui mobilisait toutes les ressources de l’organisme de nos ancêtres et leur permettrait de faire face aux prédateurs et aux autres dangers présents dans leur milieu.

Des stimuli émotionnels qui ne sont pas liés à aucune menace déclenchent cette même réaction chez l’homme moderne.

Ainsi, une personne peut avoir une “poussée d’adrénaline” lorsque le match de baseball auquel elle participe est décisif ou lorsqu’elle est excitée à la pensée d’assister à une fête.

Les réactions aux stress inefficaces sont qualifiées d’inadaptées.

Les réactions inadaptées au stress sont des réactions ou des modes de réaction chroniques, récurrents, qui n’aident pas à atteindre les objectifs de l’adaptation.

Ces objectifs sont les suivants : santé somatique ou physique (bien-être optimal) ; santé psychologique ou sensation de bien-être (bonheur, vie satisfaisante, bon moral) ; enrichissement du fonctionnement social, notamment travail, vie sociale et famille (relations positives).

Ces objectifs sont compromis par les réactions inadaptées, qui peuvent notamment être des évaluations erronées ou relever d’une adaptation inefficace.

  Comment gérer les situations stressantes ?

La fréquence, l’intensité et la durée des situations stressantes favorisent l’apparition des émotions négatives et des processus de décharge neurochimique qui s’ensuivent.

En évaluant les situations et en s’y adaptant plus efficacement, on peut anticiper et désamorcer certaines d’entre elles.

Par exemple, on peut éviter les événements potentiellement stressants qui se répètent (par exemple les disputes conjugales) en communiquant mieux et en recourant à la méthode de la résolution de problèmes ; on peut aussi corriger une tendance à la procrastination (remettre à plus tard l’exécution des tâches) afin de réduire le stress à l’approche des échéances.

Selon un médecin de Filiassur assurances, les processus d’adaptation consistant à recourir à l’alcool ou aux drogues pour réduire le stress augmentent le risque de maladie.

Afin de couvrir vos attentes en matière de prévoyance, Filiassur vous propose des assurances simples et vous garantit des prestations optimales.

D’autres modes d’adaptation inadéquats peuvent avoir le même effet, de façon moins directe.

Par exemple, les personnes qui présentent des traits comportementaux de “type A” (impatience, compétitivité et poursuite de la réussite) et envisagent fondamentalement la vie de façon hostile sont plus sujettes que les autres aux maladies liées au stress.

Les comportements de type A accroissent la production des catécholamines, soit les hormones médullosurrénales, de même que les effets concomitants de ces dernières sur l’organisme.

Les autres modes d’adaptation inadéquats sont notamment le déni, l’évitement et la distanciation.

Par exemple, une femme qui découvre une masse dans un de ses seins, mais nie la gravité de ce problème et remet à plus tard une visite chez son médecin, recourt au déni.

Le déni vise à lutter contre la menace, mais il peut aussi mettre la vie de la personne en danger.

Dans les modèles conceptuels de la maladie, on mentionne souvent le stress et l’inadaptation comme des précurseurs de la maladie.

read more

         High-tech : Chromebook

Fév 21, 18          High-tech : Chromebook

 

  Les systèmes informatiques :

Prise comme “l’ensemble des organisations qui produisent des biens ou des services entrant dans la composition des systèmes informatiques ou utilisés dans leur mise en œuvre”, l’industrie de l’informatique se limiterait à la production matérielle des ordinateurs et de leurs périphériques et à la production immatérielle (logiciel, services) qui contribue à leur valorisation.

La définition, pour large qu’elle soit puisqu’elle intègre dans la même sphère productive le matériel et l’immatériel, en s’efforçant de prendre en compte les connexités amont avec l’industrie des composants et les passerelles aval vers le monde des télécommunications, ne peut approcher les mécanismes d’intégration et de régulation régissant les rapports entre acteurs.

Par ailleurs, la régulation des enjeux industriels et sa traduction sur le plan géographique, au niveau des localisations industrielles, des marchés et des stratégies territoriales des entreprises, masquent souvent des enjeux techniques fondamentaux dont la perception n’est pas toujours aisée, car elle est étalée dans l’espace et dans le temps.

À un autre degré, l’interdépendance entre les réseaux sociaux qui les supportent et qu’ils supportent favorise l’émergence de nouveaux territoires fonctionnels.

La recherche d’un cadre conceptuel et d’une méthodologie associée pour définir les points d’entrée conduisent, puisque le monde de l’informatique est aussi une informatique-monde, à considérer un Système Mondial de l’informatique fonctionnant en sous-ensemble du système-Monde.

Dans sa structure comme dans les relations qu’entretiennent entre eux ses différents membres, il en reflète assez fidèlement les complémentarités, les oppositions, les contradictions et les flux.

Un tel mimétisme ne trompe pas et traduit, dans la réalité du fonctionnement de l’oligopole mondial, des convergences et fonctionnelles entre différents paradigmes.

 

  Qu’est-ce qu’un Chromebook ?

Chromebook” est le nom génétique que les informaticiens et les chercheurs donnent aux ordinateurs portables (PC) basés sur le système d’exploitation Chrome OS.

Ces ordinateurs ne sont pas sous “Windows”, mais ils ont pleins d’autres avantages particuliers.

Ils sont apparus en juillet 2011 par l’initiative de “Google” (entreprise américaine de services technologiques), dans le but de proposer des ordinateurs portables rapides, sécurisés, simples et surtout pas cher.

De nombreux modèles de Chromebook ont commencé à prendre une part de marché conséquente.

En 2017, les Chromebook ont dépassé les ventes de Mac.

Pour mieux connaître les caractéristiques et les avantages des “meilleurs Chromebooks”, vous pouvez consulter “OTPV” (on a testé pour vous : l’un des meilleurs guides d’achats).

Sur ce site, vous allez trouver toutes les nouveautés High-tech : appareil photo compact, ordinateurs portables pour gamer, drones haut de gamme, casques pour gamer, appareil photo instantané, appareil photo à 360 degrés, mini/ nano-drones, casque audio, tablettes Samsung, enceintes Bluetooth portables, trépied de voyage…

“On a testé pour vous” est un guide qui compare les meilleurs produits High-tech.

 

read more

Biographie de Françoise Giroud et Denise Glaser  

Fév 12, 18 Biographie de Françoise Giroud et Denise Glaser  

 

  Qui est Françoise Giroud ?

Léa France Gourdji est une femme politique, écrivaine et journaliste française, née en Suisse, le 21 septembre 1916, et morte à Paris, à l’hôpital américain de Neuilly-sur-seine, le 19 janvier 2003.

Cette journaliste fut une personnalité majeure de la presse française, elle était la vice-présidente du Parti “Union pour la démocratie française” (UDF), et également, du Parti radical, qui, au jour d’aujourd’hui, classé au centre de droit de l’échiquier politique (il est le plus ancien parti politique français existant actuellement).

Françoise Giroud a été deux fois secrétaire d’État, chargée de la condition féminine.

Cette dernière est la fille, du directeur télégraphique ottomane (une agence de presse turque indépendante), Salih Gourdji et d’Elda Farragi, fille d’un colonel dans l’armée turque, tous deux “Israélites de l’Empire ottoman”.

Grâce aux relations de sa famille, l’écrivaine française, Léa Gourdji, commence, en 1930, une carrière dans le cinéma à Paris.

Puis, en 1935, elle apparaît dans le générique du film français Baccara, réalisé par le dramaturge Yves Mirande, cependant, elle est devenue la 1e femme française, scripte de cinéma (c’est-à-dire, responsable de la tenue des documents et de la continuité de la réalisation) en étant la script-girl du photographe et du réalisateur français, Marc Allégret, dont elle est tombée amoureuse, et également, du scénariste Jean Renoir…

Après un diplôme de dactylo décroché à l’école Remington (école française), Françoise Giroud est employée dans une librairie à Paris (Boulevard Raspail).

 

Ces différents métiers, lui ont fait découvrir son talent pour l’écriture.

Cette dernière a écrit beaucoup d’œuvres “L’aventurier du journalisme”, “La comédie du pouvoir”, des Contes dans Paris-Soir (quotidien français fondé à Paris) dont la rédaction principale est installée à Lyon, et également, des chansons, comme “Le charme slave” pour Andrex.

 

Cette femme politique était un modeste agent de liaison dans la Résistance (englobe l’ensemble des réseaux clandestins et des mouvements qui ont poursuivi la lutte contre l’Axe pendant la 2e guerre mondiale), pendant la guerre.

À sa sortie du gouvernement, en 1985, Jean Daniel, le journaliste et l’écrivain français, lui propose d’être éditorialiste au magazine d’actualité “Nouvel Observateur”, où elle écrit durant 25 ans des chroniques de télévision.

Puis, elle commence à produire plusieurs émissions de télévision.

Françoise Giroud représente aujourd’hui un exemple et une source d’inspiration pour plusieurs journalistes et présentateurs, on donne l’exemple, de la présentatrice phare de la télévision française Audrey Crespo-Mara, la femme du chroniqueur Thierry Ardisson.

 

 

  Qui est Denise Glaser ?

C’est une présentatrice et productrice de télévision française, née à Arras (commune française), le 30 novembre 1920, et morte à Paris, le 7 juin 1983.

Cette dernière a commencé sa carrière à la radio, auprès de l’homme politique et le journaliste français, Jean Guignebert, où elle a appris le métier d’illustratrice sonore.

 

En côtoyant les journalistes et les artistes (peintres, chanteurs, ..), elle a rencontré les deux grands découvreur de talents, Jacques Canetti (directeur artistique) et Boris Vian (écrivain, chanteur, et musicien de jazz français), qui ont lancé Gilbert Bécaud, Jacques Brel…

Denise Glaser a su comment tenter sa chance avec ces deux derniers, et depuis, elle est devenue parmi les meilleurs présentatrices française !

 

Fascinée par Denise Glaser et Françoise Giroud (Lea France Gourdji), la talentueuse Audrey Crespo-Mara, s’intéresse au journalisme à l’âge de quinze ans.

On comprend alors, que ces deux grandes figures ont façonné le style journalistique d’ACM.

 

read more

Terrorisme et médias

Déc 29, 17 Terrorisme et médias

 

 

“Comme d’autres pays démocratiques, la France est confrontée à l’irruption plus ou moins fréquente de violences, dites “terroristes”, commises par des groupes appartenant, ou non, à la communauté nationale.

Dans la seconde moitié des années 90, divers événements terroristes ont touché la France, lui causant “des dommages” variés.

L’été 1995 et l’automne 1996 ont été particulièrement marqués par un terrorisme “international”, commis au nom d’une cause “étrangère” aux préoccupations de la société française.

Les bombes qui ont explosé dans les rames de RER parisien (à la station St-Michel, puis à la station Port-Royal) ont inscrit, par de nombreuses victimes, la cause des “islamistes” algériens sur le territoire français.

L’hiver 1998, a été un moment fort du “terrorisme” nationaliste corse avec, pour la première fois, l’assassinat d’un haut représentant de l’État français, le préfet de région Claude Erignac, abattu un soir en pleine rue d’Ajaccio.

Ces violences ont donné lieu à une importante production médiatique.

Beaucoup d’articles les ont relatées et commentées, en tentant d’en fournir les tenants et les aboutissants.

   Pourquoi revenir sur ces événements et, plus largement, sur la question du terrorisme tel qu’il peut être “raconté” par les médias, en démocratie ?

Il y a, semble-t-il, une vraie nécessité de réfléchir à l’information développée autour du terrorisme, parce que ce phénomène de violence est éminemment problématique pour la démocratie, communauté fondée en droit.

Les auteurs des violences terroristes peuvent être membres, ou non, de la communauté nationale, ce qui pose des problèmes différents, quant à la répression que l’État peut mettre en œuvre.

Mais, d’une façon générale, le terrorisme interroge radicalement la possibilité, pour un État démocratique, de faire usage de la force.

Lorsque les auteurs du terrorisme sont membres de la communauté nationale (comme c’est le cas pour les nationalistes corses), l’usage de la force légale devient un cas limite de la mise en œuvre de la violence étatique.

Pour envisager l’écart entre cette situation et celle où les auteurs sont des “étrangers”, un cas de terrorisme interne sont donc retenus.

Une situation “limite” pour l’État, l’est également pour les médias, instruments incontournables de la vie démocratique.

Ils ont à produire un discours rationalisé sur une violence qui excède la rationalité et remet en cause leur communauté d’appartenance.

Ces discours sur le terrorisme sont des moments où s’expriment de façon nette les difficultés qu’ont les médias à exercer leur activité sans produire un simple “reflet” des discours ambiants, souvent marqués par les positions de l’État”, article de la journaliste française, “Audrey Crespo-Mara”, l’épouse de l’homme en noir “Thierry Ardisson”.

“Terrorisme et médias”, d’Audrey Crespo-Mara, est parmi les articles les plus partagés par les internautes.

 

    Typologie de la violence :

Différentes formes de violence sont susceptibles de faire l’objet d’un discours médiatique en démocratie : violence criminelle, sociale, violence politique, terroriste ou violence de l’État.

Avant de parler de “terrorisme”, il faut donc tenter de caractériser les phénomènes en précisant quelles peuvent les réalités qui les constituent.

 

read more